LA DIFFERENCE ENTRE LA RELIGION TRADITIONNELLE NEGRO-AFRICAINE ET LA SCIENCE CHRETIENNE

UNE ACADEMIE MODERNE DE LA SPIRITUALITE TRADITIONNELLE NEGRO-AFRICAINE

On me pose souvent la question suivante : Quelle est la différence entre la science divine telle que formulée par Mary Baker Eddy dans la Science Chrétienne et la même science telle que présentée par vous (c’est-à-dire par l’académie Nzil’Alowa à travers son Institut des Sciences Animiques) comme formulation de la religion traditionnelle africaine ? Il est à noter que cette formulation est celle de la RELIGION TRADITIONNELLE AFRICAINE, précisément le Bukôngo, la religion kôngo, comme une continuation de la religion des anciennes civilisations d’Egypte et de Sumer.

Je commencerais par dire d’abord que les deux formulations conduisent au même résultat qui est l’affirmation du néant de la matière (comme limitation) découlant de la totalité de Dieu. LA DIFFÉRENCE EST QU’ILS PARTENT DE DEUX MÉTHODOLOGIES OPPOSÉES.

La méthodologie de Mary Baker Eddy, donc de la Science Chrétienne, est exposée dans son livre « Science et Santé » (page 461 et page 467). Il peut se résumer comme suit :

  • RAISONNEMENT PAR INDUCTION : la démonstration d’une partie est valable pour l’ensemble.
  • RAISONNEMENT A PRIORI : l’existence de Dieu est acceptée comme une évidence à priori. Ainsi, la notion de Dieu ne nécessite pas une démonstration logique, elle est présupposée.
  • RAISONNEMENT DE CAUSE À EFFET: la Science Chrétienne part de l’existence de Dieu pour prouver la vraie nature de la réalité visible

Comme je l’ai dit plus haut, ce raisonnement conduit à la conclusion du néant de la matière. Cependant, elle ne permet pas sur le plan strictement académique une démonstration par la logique du néant de la matière. La preuve en est qu’aucune thèse de doctorat, ni même un simple article scientifique, n’a été publié à ce jour par la Science Chrétienne prouvant la validité de son affirmation.

L’Institut des Sciences Animiques (ISA) est la branche de l’Académie NZIL’ALOWA qui mène des recherches scientifiques. Sa formulation de la théologie naturelle systématique correspond à celle de la religion solaire qui caractérisait les anciennes civilisations d’Égypte et de Sumer et dont la parfaite continuité à ce jour est le Bukôngo. c’est donc la religion traditionnelle africaine.

La méthodologie de l’ISA est à l’opposé de celle de la Science Chrétienne. C’est un raisonnement par DÉDUCTION qui PART DE L’EFFET, l’existence de la nature visible, pour DÉMONTRER l’existence de Dieu A POSTERIORI. La conséquence de ce raisonnement est la démonstration du néant de la matière. Ce raisonnement peut être introduit comme suit :

  • Cet univers temporel est individuel parce qu’il est un agrégat d’entités individuelles. C’est donc l’œuvre d’une cause individuelle et qualitativement infinie, son créateur.
  • Selon l’iconographie et la cosmogonie de l’Égypte ancienne, un créateur inclut l’univers qu’il provoque.
  • La nature individuelle de la cause créatrice implique l’existence d’autres causes similaires qui sont au moins potentiellement créatives, c’est-à-dire, elle peuvent ne pas encore avoir créé leurs univers.
  • Il y a une cause qui est la somme de toutes les causes évidentes et potentielles ci-dessus déduites. Ainsi, incluant un nombre infini d’individualités créatrices qualitativement infinies, cette dernière cause est qualitativement et quantitativement infinie.
  • Puisque chaque univers temporel est inclus dans son créateur, cette dernière cause est le plus grand être possible. Ainsi, il est le Dieu Très-Haut, appelé dans le Bukôngo : Nzâmbi Ampûngu Tulêndo.
  • Il découle de ce raisonnement que cet univers temporel ne peut pas être dans le Très-Haut, car étant absolument immuable, rien en lui ne peut passer de la potentialité à l’existence manifeste, telle que dictée par le processus de création dans la religion traditionnelle négro-africaine. De plus, rien ne peut être en dehors du Très-Haut, puisqu’il est absolument infini, il inclut toute la réalité.
  • Par conséquent, n’étant ni dans le Très-Haut ni en dehors de lui, tout univers temporel n’est qu’une perception illusoirement limitée du royaume céleste dans la conscience temporelle de son créateur. Cependant, la nature illusoire ne s’applique pas au bien qui se manifeste dans le domaine temporel, puisque la substance de ce bien est Dieu, le Très-Haut. L’illusoire est la limitation que la perception temporelle tente d’imprimer sur la réalités célestes. Ce qui semble être un univers temporel matériel n’est en réalité qu’une apparence, une perspective limitée du plan céleste.
  • Tout dans le domaine temporel n’est qu’une manifestation illusoirement limitée d’une réalité du plan céleste dans la conscience temporelle du créateur. Ainsi, chaque mûntu (être humain) est une manifestation temporelle illusoirement limitée de sa réalité céleste en tant qu’enfant de Dieu.

Avec ce raisonnement, et contrairement à la Science Chrétienne, l’ISA fournit une démonstration logique du néant de la limitation matérielle. il s’ensuit que, étant un ensemble d’énoncés cohérents obtenus par déductions, cette formulation, dans son extension, constitue la théologie naturelle systématique de la religion solaire qui est celle des anciennes civilisations d’Égypte et de Sumer poursuivie dans le Bukôngo. AINSI, LA RELIGION TRADITIONNELLE NEGRO-AFRICAINE EST PAR ESSENCE UNE SCIENCE EXACTE.

NZILlation est celle de la RELIGION TRADITIONNELLE AFRICAINE. Je commencerais par dire d’abord que  les deux formulations conduisent au même résultat qui est l’affirmation issue de la totalité de Dieu.  LA DIFFÉRENCE La méthodologie de Mary Baker Eddy, donc de la Science Chrétienne, est exposée dans son livre « La Science Elle peut se résumer ainsi : 1. RAISONNEMENT PAR INDUCTION : la démonstration d’une partie vaut pour le tout. 2. RAISONNEMENT A PRIORI :  l’existence de Dieu est acceptée comme une évidence.Ainsi, la notion de Dieu n’est pas re3. RAISONNEMENT DE CAUSE À EFFET : On part de l’existence de Dieu pour prouver la vraie nature de la visibComme je l’ai dit plus haut, ce raisonnement conduit à la conclusion de  L’Institut des Sciences Animiques (ISA) est la branche de l’Académie NZIL’ALOWA qui réalise la théologie naturelle correspond à celle de l’Afrique solaire.  religion traditionnelle.La méthodologie de l’ISA est à l’opposé de celle de la Science Chrétienne.C’est un raisonnement par DÉDUIRE la nature visible, pour DÉMONTRER l’existence de G• Cet univers temporel est individuel car il est un agrégat d’en  entités individuelles.  C’est la cause infinie, son créateur. Selon l’iconographie et la cosmogonie de l’Égypte ancienne, un créateur comprend l’univers qu’il crée. Le caractère individuel de la cause créatrice implique l’existence d’autres causes similaires qui existent. Il y a une cause qui est  la somme de toutes les causes évidentes et potentielles déduites ci-dessus.  Ainsi, depuis les individualités créatrices, cette dernière cause est q. Puisque chaque univers temporel est inclus dans son créateur, cette dernière cause est la plus grande possible du Bukôngo : Nzâmbi Ampûngu Tulêndo.

• Il résulte de ce raisonnement que cet univers temporel ne peut être dans le Très-Haut, parce qu’en dehors de la potentialité de manifester l’existence, comme le dicte toute réalité. • Dès lors, n’étant ni dans le Très-Haut ni en dehors de lui, tout univers temporel n’est qu’une illusion  conscience temporelle de son créateur.  Cependant.  L’illusoire est la limitation que le temps peut avoir. Tout dans le domaine du temps n’est qu’une manifestation illusoirement limitée d’un plan céleste.  Ainsi, chaque mûntu (être humain) est une manifestation temporelle illusoirement limitée de sa réalité céleste en tant qu’enfant de. Avec ce raisonnement, et contrairement à la Science Chrétienne, l’ISA fournit une démonstration logique du n, étant un ensemble d’énoncés cohérents obtenus par  ds d’Égypte et de Sumer se sont poursuivis dans le Bukôngo. 

SpainFrench