Bannir la Crainte

UNE ACADEMIE MODERNE DE LA SPIRITUALITE TRADITIONNELLE NEGRO-AFRICAINE

« Sache, ô mon frère, que la peur est un grand obstacle. » [1] Cela a été enseigné par Thot, l’Atlante, s’adressant au peuple de Khem (l’ancienne Egypte). La peur est le plus grand obstacle sur le chemin de l’illumination de l’humanité, sur le chemin du progrès spirituel et de la libération de l’âme des chaînes des sens corporels. Presque tous les problèmes auxquels l’humanité est confrontée peuvent être réduits à une peur entretenue et qui n’est pas jugulée. Ainsi, la première étape des écoles initiatiques africaines a été de bannir la peur.

La croyance en la peur est fondée sur l’hypothèse que le mal est plus fort que le bien. Cette hypothèse conduit à une conviction d’insécurité. Pourtant, la Science Divine nous montre que les Ténèbres (symbole du mal) n’ont aucun pouvoir sur la lumière. Et la Bible nous dit que Dieu est lumière et qu’en Lui il n’y a pas de ténèbres. (I Jean I:5). Le mal n’a en réalité que le pouvoir que notre propre croyance lui confère. Cette crainte est la négation de la toute-puissance de Dieu. Nous devons bannir la peur grâce à la compréhension éclairée de la toute-puissance de Dieu, de l’Amour.

La Bible nous dit dans I Jean 4: 18 que:  « La crainte n’est pas dans l’amour, mais l’amour parfait bannit la crainte ; car la crainte suppose un châtiment, et celui qui craint n’est pas parfait dans l’amour ». La crainte est donc la croyance que l’homme peut être séparé de la bonté infinie de Dieu. Dieu est Amour ; Il est la source infinie et omniprésente de toute bonté. Dans l’initiation Kongo, l’Amour divin est désigné par l’attribut Kalunga (le Tout-en-tout), car pour les Besikôngo Dieu remplit tout l’espace et tout dans l’univers est Sa manifestation, la manifestation Son infinie bonté. Il n’y a donc rien dans la création de Dieu qui puisse affecter la sécurité de l’homme, l’image de Dieu ; le mal est une illusion qui doit être combattue et détruite par la conviction de la totalité de Dieu, le bien. Le mal ne fait donc pas partie de la création de Dieu.

Le Dieu créateur dans sa manifestation de l’amour infini du Très Haut créa l’homme à son image et à sa ressemblance. Cette ressemblance de l’homme à Dieu implique une présence permanente et immuable de la bonté de Dieu dans l’homme et autour de l’homme: le Verbe. L’homme dans la Science Divine est inséparable du Verbe. Dieu ne prive pas du Verbe l’homme, quels que soient les actes de ce dernier. Ainsi, le Verbe éternel dans l’homme pour son salut. La Parole exprime éternellement dans l’homme et autour de l’homme toute la bonté infinie de Dieu, sans violer le libre arbitre que Dieu a donné à ses Enfants.

Il est impératif que l’humanité comprenne que la peur n’est pas toujours un sentiment d’insécurité qui fait battre la chamade au cœur. La peur est parfois un sentiment subtil que nous acceptons sans même nous en rendre compte. Du point de vue de sa subtilité, la peur est l’une des caractéristiques de la pensée lunaire dans laquelle l’humanité évolue maintenant ; ou pour mieux dire, une pensée dans laquelle l’homme noir évolue aveuglément aujourd’hui et où il copie servilement l’Occidental dans la science, la politique, la religion.

Comme la lune est une planète qui tourne autour de la terre, la pensée lunaire est une pensée principalement limitée, une pensée dont les présupposés de base sont la limitation. Parce que la pensée lunaire commence par la vision matérielle limitée et/ou la réalité inverse. La caractéristique même de la pensée lunaire, le rationalisme matérialiste de l’Occident, est qu’elle part de l’imperfection à la perfection. L’homme dans la conception rationaliste est un mortel imparfait qui doit à tout prix, pour éviter de périr, améliorer, ajouter la propriété à son existence imparfaite et se sent souvent obligé de le faire aux dépens des autres. La pensée rationaliste occidentale, partant de la croyance en la limitation, est essentiellement une suggestion subtile de la peur. L’humanité est amenée à la peur en acceptant que :

  • Demain, les combustibles fossiles s’épuiseront, d’où la nécessité d’accumuler des réserves de pétrole et de dépouiller d’autres personnes (les faibles) de leurs réserves par une exploitation injuste, les abus et l’impérialisme.
  • L’offre sur le marché du travail est limitée, nous devons donc avoir la meilleure formation possible.
  • Les clients sont limités et la concurrence est inévitable et tous les moyens sont bons pour exploiter des adversaires potentiels.
  • Etc.

Je ne soutiens pas que les combustibles fossiles continueront indéfiniment, je ne dis pas qu’il n’est pas nécessaire d’avoir la meilleure formation possible, mais je soutiens que toute action de l’humanité qui partage la conviction que les biens sont essentiellement limités, s’appuie sur la peur. Comprenant cela Thot, l’Atlante, conseillait déjà à son époque aux Africains (d’hier comme ceux d’aujourd’hui) de ne pas se laisser séduire par le rationalisme matérialiste de l’Occident : « Ne vous laissez pas séduire par les frères des ténèbres qui vous montrent la LUMIÈRE OBSCURE. La lumière réfléchie n’est pas la lumière du soleil. Ne vous laissez pas séduire par la lumière artificielle qu’ils veulent projeter sur vous pour vous donner l’illusion que vous existez. Vous êtes le centre; C’est vous qui éclairez. Vous êtes la lumière du soleil de votre univers. Gardez toujours vos yeux dans cette direction et votre âme en accord avec LA LUMIÈRE CENTRALE. « [2]

Vivre sans peur, c’est vivre d’abord en fondant son action sur le présupposé de la pensée solaire que le bien est illimité, parce que le bien est Dieu. Tout comme la terre tourne autour du soleil, la pensée solaire est celle dans laquelle l’humanité se tourne naturellement vers le Créateur: le Soleil des soleils. Contrairement à la pensée lunaire, la pensée solaire, la pensée éclairée qui est la quintessence de la véritable âme Noire, part de la perfection (Dieu) au néant de l’imperfection (la suggestion du mal) : l’homme est l’image et la ressemblance de Dieu, c’est sur cette base qu’il doit démontrer sa perfection, la perfection de son prochain et le néant de la suggestion du mal. La pensée solaire est une pensée basée sur l’amour. C’est pourquoi la sagesse afrocentrique insiste : « Tonda nkuêno bu utôndanga nitu aku ». [3] (Aime ton prochain comme tu aimes ton propre corps.)

En accord avec la pensée solaire, nos nations doivent donc constituer des réserves de pétrole, non pas parce qu’elles s’épuiseront demain, mais par souci de conformité à la sagesse divine qui devrait caractériser notre gestion. Les jeunes doivent se former le mieux possible, non par peur de la concurrence sur le marché du travail, mais par la nécessité de manifester l’intelligence infinie que Dieu, Esprit, exprime en eux. Le commerçant doit rechercher le client, non pas par peur de la limitation, mais sur la base de la confiance qu’il est infini et disponible, etc. Une telle approche de l’action de l’homme ouvre la porte à des opportunités inattendues que la peur cherche à cacher et cette approche évite les conflits entre les hommes et les nations.

Un jour, quelqu’un est venu me voir pour un problème d’emploi. Il était candidat à un poste dans un cabinet, mais le problème était qu’il y avait, comme toujours dans de tels cas, beaucoup de candidats pour si peu d’emplois. Je lui ai fait comprendre qu’il s’agissait d’un point de vue erroné qui lui faisait croire qu’il y avait une offre limitée. Je lui ai fait comprendre que Dieu avait des emplois pour tout le monde et que certains des candidats (peut-être lui-même aussi) avaient leur chance ailleurs et que notre prière devait être basée sur la conviction de l’abondance de la bonté de Dieu pour aider et aider les autres à trouver leur place sur le marché du travail. Lorsque la liste des personnes choisies pour travailler dans ce cabinet a été établie, il n’a pas été découragé de voir que son nom n’était pas inclus, il était convaincu qu’aucune limitation ne fait partie de l’économie divine. Plusieurs mois plus tard, il a été appelé et a pu travailler dans ce bureau jusqu’à la fin du mandat du ministre. Bannir la peur, c’est d’abord penser et agir à partir de la base de la perfection de l’homme comme image de Dieu, sur la base de l’omniprésence et de la toute-puissance de Dieu et sur la base de l’abondance du bien.

Bannir la peur, c’est se détourner de la pensée lunaire et de ses peurs subtiles et fonder sa pensée et ses actions sur la pensée solaire, la pensée qui est appelée à gouverner le monde au troisième millénaire. L’humanité doit donc placer aujourd’hui un grand espoir dans le renouveau de la mentalité solaire, car la Bible prédit que la lune sera sous les pieds de la femme et que les étoiles (les soleils) couronneront sa tête. (Apocalypse 12:1)

[1] Les Chemins d’Hermès, http://www.lescheminsdhermes.org.

[2] Ibidem.

[3] Precepte du Kimpasi, l’une des académies initiatiques Kôngo.

SpainFrench